Ici et maintenant

Groupe belge de la Fédération anarchiste

Journée mondiale « des réfugié.e.s » 2020 : pour ne plus nier !

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

Samedi 20 juin est une nouvelle journée de mobilisation en solidarité avec les réfugié.e.s.*

Des rassemblements, des manifestations auront lieu en soutien et pour exiger la fin de la haine contre les réfugié.e.s.

Le Haut-Commissariat aux Réfugié.e.s de l'ONU (HCR) nous rappelle que 79,5 millions de personnes sont déplacées de force dans le monde. Ce chiffre, nous le savons, est minoré car des pays ne donnent pas le nombre de déraciné.e.s en leur sein, comme la Chine par exemple.

Plus des deux tiers des réfugié.e.s sont originaires de Syrie, du Venezuela, d'Afghanistan, du Soudan du Sud et du Myanmar. Des pays rongés par la misère, la guerre, la haine. Des pays souvent théâtres des guerres déportées entre grandes puissances (USA, Europe, Russie, Chine).

Le changement climatique, qui n'existe toujours pas pour certains et certaines, amène au déplacement contraint de populations. Rien que cette année, c’est plusieurs millions de personnes qui ont été directement impactées par la sécheresse, la montée des eaux ou les pluies diluviennes.

Face à cela, nous avons des pays qui se recroquevillent sur eux-mêmes, qui ferment leurs frontières, qui excluent les réfugié.e.s, les chassent, les enferment, les emprisonnent, les criminalisent, les laissent se noyer dans la mer, le tout avec la collaboration des forces répressives, flics, garde-côtes et militaires. C’est le cas de l’Europe et de la France en particulier.

Certains pays négocient même le fait de faire enfermer des réfugié.e.s dans des camps au sein d'un pays limitrophe, à coup de milliards « d’aide » versés. C’est le choix de l’UE avec la Turquie. D'autres les « parquent » sur des îles (Grèce, Australie…). Les gouvernants débordent d'imagination lorsqu'il s'agit d'exclure et d’humilier !

Nous savons aussi que des êtres humains, sans attendre les ordre d'États, savent humilier, exploiter. Nous avons vu des réfugié.e.s vendu.e.s sur des marchés en Libye comme esclaves, encore récemment.

Nous affirmons haut et fort que nous luttons pour la destructions des CRA (Centre de Rétention Administrative) et toutes les structures d'enfermement, de contrôle.

Nous luttons pour l'accès à la santé et à l'éducation gratuites pour toutes et tous.

Nous ferons tout pour arrêter les expulsions des squats et autre lieu de vie et nous luttons pour un logement décent pour toutes et tous.

Pour la régularisation (faute de mieux) de toutes et tous, ici, là-bas, ailleurs dès maintenant. Nulle n’est étranger nulle part.

Pour la liberté de circulation.

Si nous luttons pour le droit de vivre librement pour toutes et tous sur le globe, il nous paraît évident que nous devrons aller encore plus loin, aux racines, pour stopper ces déplacements forcés. Les guerres, le capitalisme, les nationalismes, les haines, les pouvoirs, les frontières et donc les nations sont autant de choses qui doivent disparaître pour qu'un jour les humains et humaines soient libres de vivre, où ils et elles veulent, comme ils et elles le souhaitent.

Nous appelons à participer massivement aux rassemblements du 20 juin partout en France et au-delà, à être en lutte avec celles et ceux qui ne demandent que le droit de vivre.

Notre patrie c'est le monde, notre loi la liberté. Vive l'anarchie !

Les relations extérieures de la Fédération Anarchiste


* Ce texte prend le parti d'appeler toute personne en mouvement forcé « réfugié.e », le terme « migrant·e » étant déjà une façon de rejeter celles et ceux qui cherchent refuge.

8 mars, et après ?

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

La plupart des groupes et individuel.le.s de la Fédération Anarchiste vont participer au 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des Femmes. Même si le Capital et les réactionnaires, souvent de paire d'ailleurs, tentent de faire de cette journée une sorte de « journée de la femme », jour où il faudrait se comporter avec les personnes se reconnaissant dans le genre féminin comme vis à vis de bébés renards, avant de leur arracher la peau à vif quelques jours plus tard pour faire un manteau.

Car c'est bien là tout le problème : une journée sur une année ne sera jamais suffisante ! Le combat contre le sexisme, le patriarcat et en fait les positions de pouvoir ne peut pas se résumer à une journée de lutte, fut-elle bien préparée. C'est un combat de longue haleine qui doit être mené, sans faiblir, sans renoncement et sans illusion aussi quant à sa durée. Oui on avance mais clairement pas assez vite.

Nous ne ferons pas dans ce communiqué une litanie de chiffres des violences subies, ils sont aujourd'hui connus. La parole des Femmes dans le monde se libère, et c'est une très bonne chose. Même s'il ne faut pas sous estimer que souvent, cette parole libérée l'est dans les couches de la société la plus aisée, laissant encore dans l'ombre les plus démunies. Mais cela ne suffira pas, et nous le savons. Dire n'est pas agir. Compatir n'est pas changer.

Il va falloir s'attaquer à tout ce qui oppresse les Femmes, à tout ce qui tend dans notre société à rendre central le genre masculin. Familles, États, Religions, Éducations, Salariats, Cultures, Traditions, Représentations, Injonctions... Etc... Etc...

Nous, membres de la Fédération Anarchiste, savons qu'un simple aménagement de la société actuelle ne suffira pas, que si l'égalité est à viser, elle ne passera pas par la simple féminisation de l'existant mais bien par la destruction des carcans pour construire une nouvelle société.

Alors le 8 mars, agissons ! Mais après, continuons ! Ni Dieu, ni maître, ni mari, ni patron !



Relations extérieures de la Fédération Anarchiste
Communiqué du 06 mars 2020

Fil RSS des articles de ce mot clé