Ici et maintenant

Groupe belge de la Fédération anarchiste

Soutien solidaire à la grève spontanée des travailleurs·ses de Makro - Lodelinsart

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

1er décembre 2021, grève spontanée des travailleurs·ses de Makro – Lodelinsart. Que se passe-t-il au Makro de Lodelinsart ? En quelques mots, voici les raisons de la colère des travailleuses et travailleurs qui ont décidé de partir en grève.

Le banc patronal :

- refuse de manière autoritaire la concertation avec les travailleuses, les travailleurs, leurs représentant.e.s et leurs délégations syndicales

- il repousse avec mépris le dialogue social

- le patronat veut imposer une solide polyvalence obligatoire tout en refusant le volontariat

- la direction veut créer une flexibilité à outrance en ajoutant ainsi du stress dans une période déjà préoccupante

- elle menace de sanctions toutes les personnes qui tentent de résister au système des polycompétences

Les travailleuses et les travailleurs dénoncent ces méthodes arbitraires et autoritaires. Celles-ci désorganisent complètement le travail, démotivent celles et ceux qui font tourner avec courage le magasin et qui créent réellement les richesses.

Ces travailleuses et travailleurs qui ont sacrifié une grande partie de leur vie au fonctionnement de leur boîte !

La seule priorité de Makro est la réduction des coûts ! Au détriment de l’accueil à la clientèle et du bien-être du « personnel ».

Makro appartient au groupe allemand Metro qui compte 150.000 salariés dans le monde. C’est aussi plus d’un milliard de bénéfice pour 2019, un chiffre d’affaires de 36,5 milliards d’euros... Donc, le pognon, ce n’est pas ce qui manque pour installer de bonnes conditions de travail, pour lutter contre le stress et la souffrance au travail !

Le groupe Ici & Maintenant de la Fédération anarchiste assure ces travailleurs et travailleuses en grève de leur complète solidarité.

19 novembre 1915, mort de Joe Hill

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

Aujourd'hui, 19 novembre, mort de Joe Hill, militant anarcho-syndicaliste, membre des IWW, chanteur, poète, peintre

Joel Emmanuel Hägglund, né en Suède le 7 octobre 1879, devient Joseph Hillström, puis Joe Hill en migrant aux États-Unis. Il va connaître l'itinérance des hobos, en voyageant d'un train à l'autre, d'un petit boulot à l'autre. Il adhère aux IWW en 1910 et devient un songwriter, auteur de poèmes satiriques, de dessins de presse.

A l'issue d'un procès controversé, eu égard à la légèreté des preuves contre lui, Joe Hill est condamné pour meurtre et fusillé le 19 novembre 1915.

« Don't waste any time mourning, organize ! » (Ne perdez pas de temps dans le deuil, organisez-vous !) sont parmi les dernières paroles qu'il adresse à Bill Haywood, l'un des responsables des IWW. Il écrit également, la veille de son exécution : "J'ai vécu comme un rebelle, et je mourrai comme un rebelle."

Dans ses dernières volontés, rédigées en un court poème, Joe Hill rappelle qu'il ne possède rien et que sa famille n'aura pas à se disputer les biens qu'il n'a pas... "Moss does not cling to a rolling stone." (Pierre qui roule n'amasse pas mousse.)

Joe Hill a inspiré de nombreux et nombreuses songwriters, de Woody Guthrie à Joan Baez, Pete Seeger ou Bob Dylan, ou encore, plus proche de nous, Fred Alpi.

On vous raconte ça dans ce clip (musique : Joe Hill, de Joan Baez) !


Art Chiviste, groupe Ici & Maintenant de la Fédération anarchistes



COP 26 : Tout ça pour ça ?

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

Une fois n’est pas coutume, nous empruntons à nouveau un texte de notre camarade Jean Lemaître, auteur de La Commune des Lumières, une utopie libertaire (Portugal, 1918) et de Le vrai Christophe Colomb (contre-enquête) aux éditions Jourdan (2021). Retour en quelques réflexion sur le flop géant de la COP 26 de Glasgow...

COP26 : Flop à Glasgow... ou l'aller simple vers le désastre planétaire !

Que faut-il (le plus) retenir à la clôture de la COP26 ? Cette conférence, qui fut qualifiée « de la dernière chance » par le secrétaire général même de l'ONU...

- un échec retentissant malgré quelques petites avancées mineures, et n'engageant le plus souvent que des poignées de pays, parmi les 200 présents à Glasgow ?

- les larmes et l'émotion du président de conférence britannique, Alok Sharma, lorsqu'il a dû annoncer les conclusions riquiqui de cette conférence ratée ?

- le commentaire conclusif et tranchant de Greta Thunberg, « ce n'était que bla, bla, bla » ?

- l'hypocrisie de Boris Johnson, et ses affaires de jets privés ?

- la honte de la Belgique qui s'est présentée à Glasgow sans accord national à défendre... « Belgique land », ce pays surréaliste qui ne fait plus rire du tout - choyé par les multinationales de tous types - en voie de décomposition accélérée... ?

- la manifestation géante à Glasgow rassemblant, malgré la pluie battante, 100.000 militantes et militants associatifs courageux réclamant de leurs gouvernements respectifs des gestes forts pour le climat et le sauvetage de la planète?

- le mépris des pays les plus riches (une vingtaine de ces pays, dont la France, sont responsables de la moitié des émissions de CO2 à travers le monde) à l'égard des pays les plus pauvres (et essuyant les conséquences les plus graves, sociales, écologiques...) du réchauffement ? Ces grandes puissances capitalistes ayant envoyé au diable la revendication légitime des pays les plus pauvres de bénéficier d'un mécanisme de compensation financière en proportion des préjudices subis.

- la cruelle déception quand, à l'issue de cette COP26, a été rejetée l'exigence essentielle d'arrêter les subventions publiques (si massives) au charbon, gaz, pétrole ; ces trois énergies fossiles constituant 90% des émissions de CO2 planétaires ? En lieu et place d'une obligation en la matière, ce fut une simple « invitation » aux États membres, dont on s'attend qu'ils en fassent une boulette de papier...

Un fiasco, basé sur un peu de tout cela et la somme de tout cela… !!!

Une info a peu percé à Glasgow, la présence hyper active, dans les couloirs de la conférence, de 503 lobbyistes (officiellement accrédités au COP26) de grandes compagnies démarchant auprès des représentants des États contre les restrictions d'exploitation du pétrole, gaz et charbon. Ces nervis, ces mercenaires du grand capital œuvrant dans l'ombre et le secret ! Ces croque-morts ! Un lobby hyper efficace, à en juger par le bilan quasi nul de la conférence « de la dernière chance ».

Ma conclusion toute personnelle : pourra-t-on en venir à bout, sans combattre vigoureusement et résolument l'ultra capitalisme mondialisé, les multinationales maîtres de la planète, sans foi ni loi, cause principale du désastre auquel nous assistons sous nos yeux ?

Non à une forme d'écologie boboïsée ! Oui à l'écologie politique et sociale, que d'aucuns nomment aussi « écologie socialiste » !


Jean Lemaître



Geen oorlog onder het volk, geen vrede tussen de klassen !

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

'14-'18. Het is de smerige slachting. Het waanzinnige slachthuis, consequentie van de blinde en niet-doordachte domheid van een dominante aristocratische kaste. Van de eindeloze hebzucht van imperialisten. Van de lokroep van de winst voor de oorlogsprofiteurs. Van de winkeliers van moordmachines en van makelaars van bommen.

Het is de totale oorlog van het alomtegenwoordige imperialisme met het oog op een nieuwe verdeling van de wereld onder de kapitalistische grootmachten.

Het is ook het slachthuis voor miljoenen proleten. De werkende menigten die tegelijk als kanonnenvlees moeten dienen én het industriële leger moeten voeden waarzonder de moderne oorlog onmogelijk is.

Het is ook het bedrog van de partijen van de 'Socialistische Internationale' die de oorlog kozen elk aan hun kant van de grenzen, waarbij de de belangen verraaddenvan de werkende klasse. Zo ,erden zij één van de meest efficiënte wapens van de kapitalistische klasse : bijna overal keuren de pluchen sossen de oorlogskredieten goed, schorten ze de klassenstrijd op en scharen zich achter 'hun' bourgeoisie in een 'heilig verbond'...

Vandaag 11 november 2021 verklaren de anarchisten nog steeds en voor eeuwig : geen oorlog onder het volk, geen vrede tussen de klassen !


Antimilitaristes, pacifistes... tant qu'il le faudra !

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

14/18 : c’est le carnage dégueulasse. La boucherie insensée, impulsée par la stupidité aveugle et irréfléchie d'une caste aristocratique dominante, par l'avidité sans bornes des impérialistes, par l’appât du gain des profiteurs de guerre, des boutiquiers d’engins de mort et des fabricants de bombes.

C’est une guerre totale impérialiste généralisée en vue d’une nouvelle division du monde entre les grandes puissances capitalistes. C’est aussi l’abattoir pour des millions de prolétaires. Les masses laborieuses qui doivent fournir à la fois la chair à canon et l'armée industrielle sans laquelle la guerre moderne est impossible. C’est aussi la duperie des Partis de L’Internationale Socialiste qui choisiront la guerre aux côtés de leurs nations respectives trahissant ainsi les intérêts de la classe ouvrière. Elle deviendra l'une des armes les plus efficaces entre les mains de la classe capitaliste : quasiment partout, les députés socialos votent les crédits de guerre, les dirigeants syndicaux suspendent toute lutte de classe, et se rangent derrière « leur" bourgeoisie ». Ce sera « l’union sacrée »....

Pacifistes, antimilitaristes… tant qu’il le faudra ! Aujourd’hui 11 novembre 2021, les anarchistes proclament encore et toujours, ici et maintenant : pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes !


Fil RSS des articles