Ici et maintenant

Groupe belge de la Fédération anarchiste

Mawda, ni oubli ni pardon

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

Ce 25 mai 2021, la Marche des Migrant·e·s appelait à un rassemblement symbolique à La Louvière en mémoire de Mawda, de toutes celles et ceux qui ont trouvé la mort sur le chemin de l’exil et aussi pour revendiquer une autre politique migratoire.

Le collectif propose également à la Ville de dédicacer un espace au nom de Mawda Shawri. Et nous étions bien loin des braillements racistes des « gens bien » et de la ségrégation, acceptée et théorisée en Europe, de millions de travailleuses et travailleurs d’origine étrangère. On pensait à ces malheureux·ses abandonné·e·s à la noyade ou laissé·e·s dans des embarcations en pleine Méditerranée, on pensait à ces millions de sans-papiers exploité·e·s dans les champs, les arrière-boutiques, les hôtels, les chantiers-usines. Et aux autres, emprisonné·e·s dans des « centres » ou des camps de concentration en Libye, en Turquie ou en Grèce.

Car pour nous, anarchistes et internationalistes, les salarié·e·s du monde entier ont les mêmes intérêts, vivent les mêmes galères. Au-delà de toute différence de langue, couleur de la peau, religion, nationalité, ils sont unis par leur condition de prolétaires, c’est à dire par l’appartenance à une seule classe. Une classe qui produit, à elle seule, toute les richesses sociales et qui est opprimée et exploitée par les bourgeoisies de tous les pays.

Alors oui, nous affirmons que le capitalisme, c’est la guerre ! La recherche de la puissance économique, la course au pognon, la folie des bénéfices poussent à la confrontation des États impérialistes. La guerre, c’est la lutte pour le partage de la plus-value mondiale, produite par les travailleuses et les travailleurs. Du pétrole ici, du gaz là-bas, une main-d’œuvre quasiment gratos de ce côté-ci, là de l’uranium...

Ce chaos impitoyable, créé par les pleins aux as et leur système, est cruel pour les populations. D’après les Nations-Unies, plus de 70 millions de personnes fuient « les conflits, les guerres, les persécutions » (1). Les grandes puissances impérialistes se livrent bataille sur notre dos. Alors, va falloir accepter nos frères et sœurs de misère ! Rejeter les bêtises proclamées et aboyées par les racistes, les souverainistes, les nazillons et les xénophobes ! C’est le principe de classe qui nous anime : nous sommes sûrs qu’avec elles et eux, notre classe sera plus solide dans sa lutte contre la bourgeoisie.


Jean Passe et Demeyer, Ici & Maintenant, groupe belge de La Fédération Anarchiste



(1) Dans le chaos mondial de l’impérialisme, Comités Internationalistes, 2019

Élimination de la discrimination raciale, vite !

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

La Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale est célébrée chaque année le 21 mars, pour commémorer ce jour de 1960 où, à Sharpeville (Afrique du Sud), la police a ouvert le feu et tué 69 personnes lors d'une manifestation pacifique contre les lois relatives aux laissez-passer imposées par l'apartheid.

Le système capitaliste n’aurait pas pu devenir la structure mondiale qu’il est aujourd’hui sans l’oppression coloniale des populations d’Afrique, des Amériques et d’Asie, ni la traite des esclaves. Le racisme fait partie de son fonctionnement. Il se sert des différences raciales et régionales pour dresser les exploité·e·s les un·e·s contre les autres, pour les empêcher de s’unir contre leur véritable ennemi, la minorité qui les exploite en se remplissant les poches d’oseille : la bourgeoisie, les riches, les affairistes !

La classe des travailleuses et des travailleurs n’a rien à attendre de toutes ces divisions religieuses, nationales et raciales. Les nébuleuses populistes nous poussent à la zizanie alors que nous, les exploité·e·s de tous les pays et de toutes les couleurs, avons le même intérêt à nous défendre des agressions brutales contre nos conditions de vie, contre les blocages et les réductions des salaires, le chômage, les expulsions, contre la diminution des prestations sociales et l’allongement de l’âge de la pension, contre la violence de l’État capitaliste et ses keufs, contre toute forme de contrôle aux frontières. Notre classe sociale doit songer à se rassembler. Unissons nos forces ! Il nous faut réfléchir afin d’organiser la société sur de nouvelles bases. C’est impérieux, c’est nécessaire.

Nous ne devons jamais perdre de vue que nos ennemis n’ignorent rien des conséquences des dispositifs politiques et policiers qu’ils établissent. S’ils le font en connaissance de cause, ils sont doublement coupables, d’atteinte à la vie d’autrui et de mensonge. Le racisme d’État tue, en mer, dans les aéroports, dans les centres fermés. Nous ne devons pas non plus perdre de vue le racisme ordinaire, attisé par des groupes et partis d’extrême-droite, appelant régulièrement à la violence et à la haine xénophobes. La vieille recette qui consiste à monter les prolétaires de tous pays les un·e·s contre les autres continue de faire florès, surtout lorsque les peurs et les frustrations générées par l’exploitation capitaliste laissent quantité de personnes démunies et vulnérables, surtout dans les milieux populaires.

C’est aussi à nous, groupes et mouvements de lutte sociale, de ne pas abandonner le terrain aux populistes et aux confusionnistes de l’extrême-droite raciste. C’est à nous d’annoncer à nouveau des horizons d’espoir et de solidarité adelphiques. Sans tomber dans les travers d’un universalisme intransigeant. En comptant réellement sur la diversité des sensibilités, des cultures et en s’enrichissant réciproquement des pratiques de liberté et de délibération en provenance de tous horizons. A nous enfin, de ne pas laisser la prérogative de la lutte antiraciste aux partis, syndicats et associations subsidiées, corps intermédiaires détenteurs de la bonne conscience et du paternalisme petit-bourgeois. C’est en luttant contre les privilèges que nous pourrons avancer vers une société d’égales et d’égaux, pour l’émancipation des peuples et une société autogérée.


Groupe Ici & Maintenant (Belgique) de la Fédération, 21 mars 2021



Ici & Maintenant en 2020, c’était…

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

Crise sanitaire ou pas, c’était déjà la crise sociale avant, ça sera encore la crise après. Enfin, après… On commence à écrire des trucs qui fichent les chocottes, d’ailleurs, du genre « s’il y a un après... » T’imagines ? Une société où les gens continuent à bosser, à l’baraque ou à l’usine, mais où y a pratiquement plus aucun loisir collectif à part le shopping (c’est ce qu’ils disent, hein !…), où tu dois compter sur les doigts d’une main le nombre de gens que tu peux convier sous ton toit, où les mesures antisociales se multiplient mais où t’as plus la possibilité de manifester, où on aurait un couvre-feu à 18h, 20h ou 22h, selon les pays… Dystopique, non ?

Alors en 2020, malgré les freins qui s’imposent à la militance, le groupe Ici & Maintenant a quand-même un peu remué les orteils :

  • 4 réunions de groupe

  • 1 déplacement d’un membre du groupe à la ZAD d’Arlon

  • Présence et soutien solidaire aux travailleurs et travailleuses en grève de Makro

  • Soutien solidaire aux travailleurs et travailleuses en grève de Carrefour Market

  • Participation à la manifestation de la Santé en lutte

  • Soutien à Georges Abdallah

  • Participation au rassemblement de soutien aux 17 syndicalistes condamnés (Charleroi)

  • Rassemblement contre les violences policières et les dérives fascisantes et xénophobes (Charleroi)


Signataire de :

  • Justice 4 Mawda

  • Stand Up (contre l’extrême-droite criminelle)

  • Carte blanche Stop à la criminalisation des militant.e.s contre les violences policières (initiative de Gauche anticapitaliste)


Publications du site : 24, dont :

  • Communiqués Ici & Maintenant + articles : 19

  • Communiqués Relations Extérieures de la FA : 5


Plusieurs articles et communiqués relayés dans le Monde libertaire papier et en ligne (œuvre de la Fédération anarchiste)

1 membre du groupe mandaté au Comité de rédaction du Monde libertaire


Pour 2021, on a encore des idées. Prends contact si ça t’intéresse. Faut pas avoir peur. On ne pose plus de bombes depuis longtemps et le couteau entre les dents, c’est juste pour jouer les costauds. Mais en vrai, on est des gentils garçons et des gentilles filles ! Ça n’empêche pas qu’on veuille faire la révolution, et pas juste pour rire.


Groupe Ici & Maintenant (Belgique) de la Fédération anarchiste

Motion de soutien aux travailleurs et travailleuses des magasins Makro en grève

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

Samedi 10 octobre. - Les travailleuses et les travailleurs des magasins Makro ont lancé une grève afin de s’opposer à la nouvelle organisation du travail voulue par la direction. De manière autoritaire, le patronat veut imposer ce bouleversement en court-circuitant les syndicats et en refusant le dialogue avec le personnel. Avec celles et ceux qui créent réellement les richesses !

Héroïnes et héros hier, moins que rien aujourd’hui !

Sans aucune forme de discussion, sans aucune démocratie, le patronat prend des mesures qui :

• interdisent tout choix personnel au boulot. Le bien-être au travail, c’est pour quand?

• imposent la flexibilité, le stress et l’insécurité au travail

• poussent à l’obligation de la polyvalence (sans revalorisation salariale)

• font perdre des primes (de froid, de « tard »,...)

• brisent des équipes bien rodées

• engendrent de profondes modifications pour les travailleurs au niveau des horaires

• déstabilisent l’équilibre travail/vie privée

À Charleroi / Lodelinsart, la réussite du piquet de grève de ce samedi prouve que les travailleuses et les travailleurs sont déterminés, lucides et ingénieux.

Le personnel signale qu’il faudra compter avec lui ! Avec celles et ceux qui font tourner la société.

Le groupe Ici et Maintenant (Belgique) de la Fédération Anarchiste salue fraternellement et soutient totalement les équipes de travailleurs et travailleuses de ces supermarchés en lutte !

Ici et maintenant avec le mouvement “La santé en lutte” le 13 septembre 2020

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

Toutes et tous au côté des travailleurs et travailleuses de la santé ! On les a applaudi tous les soirs à 20h. Ou on ne l’a pas fait, non pas parce qu’on les jugeait indignes de notre respect et de notre considération, mais parce qu’on se disait que les applaudissements ne devraient pas voiler les vrais problèmes. Problèmes partagés par toutes et tous, engendrés par des décennies de politiques néolibérales, de coupes budgétaires, dans le secteur de la santé et dans la sécurité sociale.

Il est temps d’agir pour améliorer les conditions de travail du personnel de la santé. Pas de travailleurs ni de travailleuses victimes d’une charge de travail insurmontable, pour compenser des moyens humains et matériels réduits au nom de l’économie et de la logique de marché !

Il est temps de manifester notre soutien solidaire au personnel mobilisé. Pas de revendications communes sans mobilisation ! 

Il est temps d’exiger, de rappeler, le droit à disposer de services de santé publique gratuits et de qualité, pour toutes et pour tous. Pas de médecine à deux ou trois vitesses ! 

Il est temps de s’opposer aux mesures de contrôle et de traçage. Pas de société autoritaire et antidémocratique !

La primauté de l’économie sur le modèle capitaliste sur tout le reste, y compris la vie humaine, a conduit un gouvernement bricolé à la va vite devant l’absurdité confondante de se montrer inapte à procurer au personnel soignant le matériel de protection approprié, de tester la population, et de provoquer un abandon innommable des personnes vivant en maison de repos. 

Ce gouvernement ne peut être le bouc émissaire de nos colères. Nous anarchistes pensons que les conséquences de cette situation doivent être imputées à un système qui s’est égaré depuis longtemps. Un état qui reste décisionnaire tout en calquant ses décisions sur des impératifs de gestion et de rentabilité, sous l’influence toujours plus délétère des mécanismes et pratiques néolibérales. 

Il faut en finir avec ces politiques qui font passer les profits avant la vie humaine. Il faut renforcer la santé et la protection sociale pour une société juste, égalitaire et fondée sur une organisation autogérée. Le monde d’après ? Ben tiens, c’est rigolo, ça. Le monde d’après, c’est le programme des anarchistes depuis des lustres ! 

Soyons nombreuses et nombreux à participer à la Grande Manifestation de la Santé-Grote Betoging voor Gezondheid, ce dimanche 13 septembre, on descend dans la rue ! Pensez à porter un masque pour veiller à la santé de tous et toutes.

Fil RSS des articles de cette catégorie