Ici et maintenant

Groupe belge de la Fédération anarchiste

Louise Michel et le drapeau noir

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire
Le 22 juin 1883, à Paris, Louise Michel, arrêtée suite à la manifestation du 9 mars (où plusieurs boulangeries ont été pillées), passe devant la Cours d'assises de la Seine. Elle y prononce, pour sa défense, un discours sur la grève des sans-travail et des meurt-de-faim. Et elle dresse le premier réquisitoire en faveur du drapeau noir... On vous raconte tout ça en images ! Classé dans : Mémorables Mots-clés : drapeau noir, anarchisme, commune, grève, révolte, Louise Michel, Canuts

AIP 2021-2022 : non merci !

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

L'accord interprofessionnel 2021-2022, on en parle ? Carrément ! Et on dit tout le mal qu'on en pense !

Et on vous explique pourquoi en 6 points.

Le projet d'AIP est sur la table. À présent, à la démocratie syndicale de s'exprimer.

Nous, membres du groupe Ici & Maintenant de la Fédération anarchiste, on dit : non merci !


Classé dans : Mobilisations, Politique, Economie, Syndicalisme Mots-clés : AIP, accord interprofessionnel, syndicat, syndicalisme, FGTB, SETCa

Kurt Gustav Wilckens. L'attentat d'un anarchiste pacifiste

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

Le 17 juin 1923 décédait Kurt Gustav Wilckens, né le 3 novembre 1886 à Bad-Bramstedt (nord de l'Allemagne). Militant anarchiste pacifiste, il est l'auteur de l'attentat contre le lieutenant-colonel Varela, l'officier responsable de l'exécution de 1500 ouvriers de la Patagonie rebelle.

On vous raconte tout ça dans ce petit clip, réalisé par nos soins !

Groupe Ici & Maintenant (Belgique), de la Fédération anarchiste


Classé dans : Mémorables Mots-clés : Kurt, Wilckens, anarchiste, pacifiste, Patagonie, rebelle, Varela, attentat, vindicador

Farines animales : les profits de l’agroalimentaire aux dépens des animaux et des êtres humains

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

L’encéphalopathie spongiforme bovine, la maladie de la vache folle, Creutzfeldt-Jakob, les scandales alimentaires, c’est oublié ? Hier, dans les supermarchés, les mercantis à la solde du capitalisme proposaient des aliments de basse qualité (viande, élevage laitier, poulets de batterie, tous nourris aux fameuses farines). On utilisait les cadavres ou les carcasses d’animaux réduits en poudre pour nourrir les cheptels.

L’expression “farines animales” recouvre l’ensemble des carcasses animales utilisées dans l’alimentation des élevages : viande, tendons, plumes, graisses, os, poils... Nourrir les animaux à un faible coût. Des empoisonnements alimentaires étaient sciemment mis en œuvre pour satisfaire la course au profit capitaliste.

Résultats: scandales alimentaires, animaux titubant, maladie neurodégénérative touchant les vaches, et pouvant se transmettre à l’humain, l’abattage de millions de bovins et la mort de centaines de personnes causée par la maladie de Creutzfeldt-Jakob...

Cette logique est inscrite dans les lois du capital. Rien n’y échappe, ni la production de nourriture, ni bien évidemment les conditions d’élevage et d’abattage des animaux. Les farines animales sont aujourd’hui à nouveau autorisées comme aliment dans l’élevage des poissons. Cette autorisation devrait être élargie à l’élevage des porcs et des poulets, mais pas des bovins. La Commission européenne a fait une proposition en ce sens, dans le cadre de son “Greendeal”... L’association des consommateurs Test Achats fulmine : “On dit au consommateur : 'ne vous inquiétez pas, il y aura des balises'. Mais il y a déjà eu des balises par le passé et ça n’a pas empêché l’apparition de certaines crises alimentaires notamment parce qu’il y a des fraudes.”

Balises, vache folle ou pas, c'est tout ce système qu'il faudra remplacer, si nous voulons que l'économie soit au service des peuples, et non la collectivité au service d'une minorité de profiteurs. La folie, c’est celle de la loi des bénéfices et de la bourgeoisie !


Groupe Ici & Maintenant (Belgique) de la Fédération Anarchiste



Mawda, ni oubli ni pardon

Rédigé par ici et maintenant Aucun commentaire

Ce 25 mai 2021, la Marche des Migrant·e·s appelait à un rassemblement symbolique à La Louvière en mémoire de Mawda, de toutes celles et ceux qui ont trouvé la mort sur le chemin de l’exil et aussi pour revendiquer une autre politique migratoire.

Le collectif propose également à la Ville de dédicacer un espace au nom de Mawda Shawri. Et nous étions bien loin des braillements racistes des « gens bien » et de la ségrégation, acceptée et théorisée en Europe, de millions de travailleuses et travailleurs d’origine étrangère. On pensait à ces malheureux·ses abandonné·e·s à la noyade ou laissé·e·s dans des embarcations en pleine Méditerranée, on pensait à ces millions de sans-papiers exploité·e·s dans les champs, les arrière-boutiques, les hôtels, les chantiers-usines. Et aux autres, emprisonné·e·s dans des « centres » ou des camps de concentration en Libye, en Turquie ou en Grèce.

Car pour nous, anarchistes et internationalistes, les salarié·e·s du monde entier ont les mêmes intérêts, vivent les mêmes galères. Au-delà de toute différence de langue, couleur de la peau, religion, nationalité, ils sont unis par leur condition de prolétaires, c’est à dire par l’appartenance à une seule classe. Une classe qui produit, à elle seule, toute les richesses sociales et qui est opprimée et exploitée par les bourgeoisies de tous les pays.

Alors oui, nous affirmons que le capitalisme, c’est la guerre ! La recherche de la puissance économique, la course au pognon, la folie des bénéfices poussent à la confrontation des États impérialistes. La guerre, c’est la lutte pour le partage de la plus-value mondiale, produite par les travailleuses et les travailleurs. Du pétrole ici, du gaz là-bas, une main-d’œuvre quasiment gratos de ce côté-ci, là de l’uranium...

Ce chaos impitoyable, créé par les pleins aux as et leur système, est cruel pour les populations. D’après les Nations-Unies, plus de 70 millions de personnes fuient « les conflits, les guerres, les persécutions » (1). Les grandes puissances impérialistes se livrent bataille sur notre dos. Alors, va falloir accepter nos frères et sœurs de misère ! Rejeter les bêtises proclamées et aboyées par les racistes, les souverainistes, les nazillons et les xénophobes ! C’est le principe de classe qui nous anime : nous sommes sûrs qu’avec elles et eux, notre classe sera plus solide dans sa lutte contre la bourgeoisie.


Jean Passe et Demeyer, Ici & Maintenant, groupe belge de La Fédération Anarchiste



(1) Dans le chaos mondial de l’impérialisme, Comités Internationalistes, 2019

Fil RSS des articles